COVID-19 en Belgique: comparaison des deux premières vagues

17/11/2020 – La deuxième vague de contaminations au virus COVID-19 en Belgique a atteint son apogée, enfin, et les différents indicateurs sont tous à la baisse. Il faut espérer que cette inversion de tendance se poursuive.

Les données du site sciensano.be [1] montrent que la deuxième vague a atteint des pics plus élevés que la première du printemps 2020. Les personnes admises à l’hôpital pour cause de COVID-19 par jour ainsi que les patients en soins intensifs ont été plus nombreux, mais heureusement il y a eu moins de décès par jour.

La décroissance est certainement attribuable aux changements de comportement des personnes en société, en famille, au travail; changements qui ont été eux-mêmes influencés/imposés par les mesures prises par les dirigeants politiques [2]. Ce sont les décisions politiques, comme celle de mettre la population en confinement, qui conditionnent le plus nos comportements et nos agissements quotidiens, bien plus que tout autre facteur (la connaissance, les croyances, les relations,…). C’est pourquoi je me suis posé la question est-ce que nos dirigeants ont pris les bonnes décisions au bon moment pour tenter de contenir la deuxième vague?

Intuitivement, je pense que nos dirigeants n’ont pas pris les décisions au bon moment avant et pendant la deuxième vague, et que des morts auraient pu être évités. Pour confirmer ou pas mon intuition, j’ai décidé de comparer les deux vagues et de coller dessus le moment où les importantes décisions politiques ont été prises.

Les décisions politiques

D’abord, le système décisionnel pour tout ce qui touche à la santé est compliqué en Belgique, très compliqué. Les compétences de santé y sont éclatées entre les différents ministres des gouvernements du fédéral, des régions et/ou communautés. Ce que l’on appelle la lasagne institutionnelle belge est en fait un spaghetti (un foutoir?). J’ai tenté de l’illustrer sans y parvenir:

La lasagne institutionnelle de la santé en Belgique

Les différents gouvernements ont pris des mesures chacun à leur tour et ont donné autant de conférences de presse pour les communiquer. C’est ainsi qu’on a eu droit à un triste festival de conférences de presse au mois d’octobre: d’abord le gouvernement fédéral avec un renforcement des mesures le 6/10, puis des mesures plus dures le 16/10, puis des mesures encore plus strictes le 23/10 au matin, les gouvernements de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles adoptent des mesures plus strictes ce même 23/10 après-midi, la région de Bruxelles prend ses mesures un jour après le 24/10, le gouvernement flamand adopte ses mesures le 27/10, et finalement le gouvernement fédéral décrète le deuxième confinement le 28/10. Le manque de coordination a été… flagrant. Cela est venu s’ajouter à une communication souvent confuse. Un problème rencontré depuis la première vague, avec par exemple le port du masque conseillé, puis rendu obligatoire, pas partout ici mais partout la-bas, tout le temps ou à certains moments selon la région, puis à nouveau conseillé puis à nouveau obligatoire selon la région. Même chose pour les cours à distance dans l’enseignement, la fermeture des commerces, les horaires du couvre-feu, etc.

J’ai placé les événements principaux qui se sont succédés en Belgique sur une ligne du temps (impossible de tous les mettre, mais indiquez-moi si quelque chose d’important manque):

Les deux vagues

Pour comparer les deux vagues, je me suis limité à 3 indicateurs journaliers avec 1) le nombre d’admissions à l’hôpital, 2) le nombre de patients en soins intensifs, et 3) le nombre de morts. Ce sont les seuls indicateurs qui soient assez comparables entre les deux vagues. Les autres indicateurs comme le nombre de cas et celui des tests effectués ont trop changé au cours du temps selon la stratégie de testing adoptée.

Dans le graphique ci-dessous, la vague du printemps 2020 est encadrée en bleu et la vague de l’automne 2020 en orange:

J’ai ensuite rapproché les courbes en les faisant glisser sur l’axe horizontal jusqu’à ce que leurs sommets (= la valeur max de chaque vague) tombent le même jour:

J’ai aussi ajouté le taux de reproduction, Rt (ou R0), sous les graphiques des 3 indicateurs. Sur la ligne du temps ci-dessous, la couleur orange (la plus claire) indique un Rt inférieur à 1, la couleur rouge indique un Rt supérieur à 1, la couleur noire (la plus foncée) indique un Rt supérieur à 2. J’ai utilisé la tonalité, de clair à foncé, pour le RT dans les graphiques de comparaison des courbes.

Comparaison des deux vagues

Voici les visualisations qui comparent les deux vagues de printemps et de l’automne 2020 pour 1) le nombre d’admissions à l’hôpital, 2) le nombre de patients en soins intensifs, et 3) le nombre de morts. Les courbes ont leurs sommets alignés sur le même jour et les décisions de mesures importantes sont situées à leur date respective selon la vague.

1. Comparaison des admissions à l’hôpital

COVID-19 en Belgique: comparaison des deux vagues: Les admissions à l'hôpital

Cliquez l’image pour pouvoir l’agrandir ou la décharger à partir de ma gallerie Flickr.

2. Comparaison des patients en soins intensifs

COVID-19 en Belgique: comparaison des deux vagues: Les patients en soins intensifs

Cliquez l’image pour pouvoir l’agrandir ou la décharger à partir de ma gallerie Flickr.

3. Comparaison des morts

COVID-19 en Belgique: comparaison des deux vagues: Les morts

Cliquez l’image pour pouvoir l’agrandir ou la décharger à partir de ma gallerie Flickr.

Conclusions (qui n’engagent que moi):

Je dis BRAVO, chapeau bas, respect, au personnel médical en hôpital, aux professionnels de la santé et au personnel des maisons de repos. Moins de personnes sont décédées par jour grâce à eux lors de la deuxième vague. Ils l’ont fait malgré la fatigue, le stress, la peur, et le manque de resources, alors qu’ils ont eu plus de patients à traiter que pendant la première vague. Je ne suis pas expert, mais mon explication simpliste est qu’ils ont appris les leçons de la première vague. Ils ont développé et amélioré leurs protocoles afin de mieux combattre le virus. Merci infiniment à Vous tous!

Je ne dis PAS BRAVO au monde politique belge. Ni à l’actuel qui a dû gérer la crise sanitaire, ni aux précédentes générations de politiciens qui nous ont légué ce système institutionnel et décisionnel. La complexité du système a donné lieu à une belle cacophonie pour communiquer les décisions anti-covid.

« il manque des structures claires [dans le système de santé belge] où on sait qui est responsable pour quoi. Le système belge a aussi contribué à la 2ème vague. » – Jan De Maessener, Professeur émérite de médecine de famille à l’université de Gand [3].

Sans parler de la communication confuse des mesures lors de certaines conférences de presse. Cela a non seulement contribué à éroder l’adhésion de la population aux mesures [4] mais cela a aussi augmenté la défiance à l’égard des institutions et alimenté la propagation des théories conspirationnistes [5]. Mais les décisions ont-elles été prises au moment opportun, au moins cela, pour freiner la montée des courbes? Surtout lors de la deuxième vague de l’automne? Le doute est permis quand on compare les deux vagues.

A la première vague du printemps, le virus nous a touché presque par surprise. L’inconnu et l’incertitude étaient totals et le monde politique et surtout médical ont du réagir en mode gestion de crise. Rétrospectivement, on constate que le premier confinement de la Belgique a été décidé tôt par rapport aux sommets de la vague, alors que les chiffres étaient encore relativement bas.

Après la première vague, les scientifiques ont alerté le monde politique et nous les citoyens qu’une deuxième vague allait arriver. Forts de l’expérience de la première, on aurait pu s’attendre à ne plus être pris par surprise, ni de devoir réagir en mode gestion de crise, et qu’une stratégie allait être mise en place par le politique pour mieux anticiper. Non seulement ce ne fut pas le cas, mais la situation dans les hôpitaux a été pire! Rétrospectivement, on constate que le deuxième confinement de la Belgique a été décidé très tard par rapport aux sommets de la vague, alors que les chiffres étaient déjà relativement hauts, déjà plus hauts que ceux de la première vague (sauf pour le nombre de décès qui est heureusement resté inférieur, les politiciens n’en ont pas le mérite). Même les mesures restrictives prises avant le deuxième confinement l’ont été quand les chiffres étaient déjà bien supérieurs à ceux de la première vague.

L’évolution du taux de reproduction Rt confirme également le retard des décisions qui auraient pu le faire baisser pendant la deuxième vague. La comparaison des deux vagues montre qu’il est repassé sous la valeur de 1 plus rapidement pendant la première vague que dans la deuxième alors qu’il partait de valeurs supérieures à 2.


Sources d’information:

Références:

Share on:

How to create a visual CV with Excel

Recently I posted on social media a visualisation of my CV based on my LinkedIn data. I enriched it with my practice of visual thinking and my main job experience.

The original image is on Flickr.

I explain here how you can do the same and create your own visual CV using Excel only (Microsoft Excel 2016). If I used Adobe Photoshop to add the fades in the 2nd and 3rd graphics, you don’t need it for the basic version of the 3 graphics. You don’t have to be an expert in Excel either, a low-medium level is sufficient.

How to create a visual CV step-by-step:

  • Start with a new blank workbook
  • Create a table with the start/end dates of the different periods of your professional life that you want to visualise. Rename this sheet to “Data”. I customised the cell format of my dates with the custom type “mmm yyyy”. Up to you to use any other date format, it has no influence on the following. Note that I decided to start the list with my birthdate, which makes my data more complete than what is displayed on Linkedin. It’s up to you what data you want to see in your visual CV.
  • Create a new sheet that you rename to “Viz” for your visualisation.
  • Reserve its first line for your title and any other information you want to add. Create a matrix with the months of the year on an horizontal line and a top-down list with all years you want to use in the first column. In my case the list goes from 2020 to 1965. You can duplicate the line with the name of the months at the bottom of the matrix if your list of years is long (like mine).
  • Fill in the first 4 cells of the matrix with the corresponding dates. Then drag the fill handle to fill the remaining cells of the matrix with their date (from January of the year in the top-left cell to December of the last year in the bottom-right cell)
  • Select all your data. Select the “Format” option in the horizontal navigation menu and set the value of Row height to 20 and the value of Column Width to 4. In my case, these values resize the cells into a nice shape.
  • Select again all your data. Right-click them and select the “Format cells…” option. In the “Fill” tab, set the Background Color to white. All gray cell borders are gone.
  • Select the dates into the matrix only. The row(s) with the name of the months and the column with the years are not part of your selection. Right-click it and select the “Format cells…” option. In the “Border” tab, select the thick style line; change its Color to White; and tick the Outline and Inside options to apply these changes to the selected cells. Don’t press now the “OK” button or come back to the “Format cells…” option.
  • Within the “Format cells…” option, go to the “Font” tab. Select a light gray for the font Color. Then go to the “Fill” tab and select the same light gray for the Background Color. Confirm your changes with the “OK” button. If everything went well, your matrix should consist of gray cells with white borders. Something like this:
  • You have a nice matrix with all years of your professional life represented with a gray box for each month. You will now color each month with a different color according to the different periods of your professional life. You can do it by hand (like I did the very first time), or use the Conditional Formatting feature to change automatically the color of your cells based on the start/end dates you entered in the “Data” sheet.
  • Select the matrix of gray cells only.
  • In the horizontal navigation menu, choose “Conditional Formatting” and the Manage Rules… option
  • Click the “New Rule” button and select “Format only cells that contain”
  • Set the condition to format the cells of the matrix with your first professional period. In my case, it’s what I called Recklessness. The condition will select the cells “between” the start date of my Recklessness (= cell Data!$B$10) and its end date (= cell Data!$C$10). You do that with a click on the icons on the right of the field; here indicated by the red arrows, then go to the “Data” sheet to select the related cells.
  • Then click the “Format” button to choose what color to apply when this condition is met. In the “Fill” tab, set the Background Color to the desired colour. In the “Font” tab, set the font Color to the same as the background. My condition looks like that:
  • Confirm this condition by clicking the “OK” button, and apply it to the matrix cells with the other “OK” button. Cells corresponding to my period of Recklessness are now colorised in a dark violet.
  • Reselect your matrix of cells and redo the same steps to create a new condition for your second period: From the horizontal navigation menu, choose again the “Conditional Formatting” and the Manage Rules… option. Click New Rule… and select “Format only cells that contain”. Select the start and end dates of your second period and select a new color for the font and the background. In my case it’s the Primary School period that starts in Sep 1971 and ends in Aug 1977. I decided to format the corresponding period with dark ochre color.
  • Repeat these steps for all periods of your professional life. At the end, you have as many conditions as there are periods. And all periods of your professional life are now with different colors.
  • Add a title on the first row and any other details you want to display in a footer. Add the name of the period on the right of the related year, maybe using the same color as the period. Don’t forget to set the background color for these cells to white.
  • Excel does not allow to save your final work in image format. You need another program like Microsoft paint or Adobe Photoshop, or any other application for images.
  • Select all the cells with the visualisation of your CV. Copy them, Ctrl-C, and paste them, Ctrl-V, in your favorite application for images . Save to an image. That’s all.
  • To add other graphs on the right of this one, like I did with my practice of visual thinking and my main job experience, you should
    • add your new data in the “Data” sheet
    • go again through all steps to create a new graph and to colorise it, being smart in managing the matrix with the dates.

I look forward to seeing your results, feel free to share them with me.

Share on:

Hosting and harvesting online VS physical

On 5 May, Amy Lenzo (*) gave an online masterclass on “Hosting and harvesting online VS physical” to the community of practitioners of the Art of Hosting at the European Commission (**). My takeaways (actually apply to any online session):

“It’s not a question of technology, it’s a question of relationships” 

  • 90% of your experience, skills, practice as organiser of physical events can be transposed into online events. Reassuring, isn’t it?
  • The quality of your presence, trust and how you hold space, are just as important online as in the physical world
  • Never host alone an online session, be part of an hosting team
  • The hosting team must consist of at least one process host and one tech host (for all technical aspects) or more for large groups
  • The use of the camera is mandatory for speakers, and highly recommended for all participants (with muted mikes)
  • To keep participants’ attention, speakers can only use the visible/audible part of their body language: their face and their voice. Then, it’s crucial to smile with the whole face and to have a catchy tone and rhythm of voice
  • Keep in mind that everything is amplified online: your voice, your unconscious bias, space and time.
Hosting and harvesting online VS physical, graphic recording

This was also my first live graphic recording using the Procreate app (***). Only a few days after installing it on my tablet (it’s crazy, I know, but I like these challenges). My first learnings to start with Procreate:

  • Many years of experience with layers on Photoshop has helped me a lot. If you’re not familiar with layers, take time to learn how they work and to play with them
  • Select your fave brushes in advance. You can waste precious time looking for what you need during a live event. Mine were Technical pen, Acrylic and Wet Acrylic, and Hard Airbrush (I still have to learn how to have them available in one click)
  • Select your fave colours in advance for the same reason as for the tools (I still have to learn how to create my colour palette in advance)
  • Know the undo/redo gestures

(*) Amy Lenzo on LinkedinTwitter

(**) At the European Commission, the Art of Hosting is called the Art of Participatory Leadership

(***) https://procreate.art/ipad

Share on:

Coronavirus en Belgique: confinements et déconfinements

Quand j’ai écrit cet article en avril 2020, je voulais expliquer simplement les phases du déconfinement avec mes sketchnotes, et décrire sur une ligne du temps comment la Belgique en était arrivée à devoir confiner sa population pour contrer la pandémie du COVID-19. Comme tout le monde, j’avais alors l’espoir qu’avec la fin du déconfinement prévu pour septembre 2020, on en aurait fini avec cette période. Le cours des événements a été fort différent et j’ai été contraint de mettre à jour ma ligne du temps.

23/10/2020: Je dois mettre le titre de cet article au pluriel car la Belgique est maintenant touchée par une deuxième vague importante de cas COVID-19. Des mesures à nouveau strictes remettent le pays dans une situation similaire au premier confinement, après une phase de déconfinement et… de relachement.

27/07/2020: Après les phases de déconfinement compliquées à comprendre mais qui ont donné de l’espoir, la Belgique durci ses mesures en raison de l’augmentation inquiétante du nombre de cas de Covid19.

24/04/2020 (article original):

Le 24 avril, le gouvernement belge annonce sa stratégie de sortie de crise coronavirus. Le temps du confinement dû à la pandémie touche à sa fin, ou pour le moins c’est que l’on espère. Le conditionnel reste toujours de mise car comme l’a dit Madame Sophie Wilmes, première ministre, lors de sa conférence de presse: “

Le déconfinement est une opération jamais réalisée dans l’histoire de notre pays et dépend de l’évolution de la situation sanitaire et se base sur des hypothèses et des prévisions. […] Rien n’est gravé dans le marbre et certainement pas les échéances.”  Les faits lui ont malheureusement donné raison.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le déroulement de la sortie de crise annoncée en 4 phases apparait compliqué et peu clair. Comme quoi, la communication de crise est une tâche très difficile. Pour mieux m’y retrouver, j’ai visualisé sur une ligne du temps les différentes phases de sortie, avec ce qui s’était passé depuis le début de la crise (et les événéments qui ont suivi). J’ai ajouté quelques sketchnotes persos sur la ligne du temps pour faciliter la compréhension de ce qui est à nouveau autorisé, ou interdit.

Ligne du temps de la crise du coronavirus/COVID-19 en Belgique

Share on:

Links between stories, skills and tools to create graphics

On 24 April 2020, I attended an interesting online session by Rafael Höhr on “Applications to create graphics in newsrooms“.

Although the title was explicit, we were going to talk about tools to create graphics, I cannot help thinking that tools are not the most important part in the process of creating graphics. Rafael explained this very well during the session and despite everything we spent (too much) time on tools.

The process of creating graphics should follow this order:

  • First, create a story! A story around the questions you want to answer, around what you want to show, around the 5Ws
  • Link your story to skills. Surround yourself with a multi-skilled team that will help you analyze, edit, interpret, tell, graph, animate your data.
  • At the end only, choose the tool (s) best suited to your needs

My sketchnotes of Rafael’s online session:

Apps to create graphics in newsrooms, sketchnotes

Thanks to my colleagues in the EU Publications Office for organising the online session.

Share on:

Teleworking mindfully

Being forced to work from home due to the coronavirus pandemic brought a lot of uncertainty, fear, big changes to our lives. Teleworking mindfully makes possible to live it better! This is the main message of an online session organised by my colleagues from the EC HR department.

Their presentation is based on the work of two extremely inspiring and inspired persons: the master of mindfulness, Jon Kabat-Zinn, and Elisabeth Kübler-Ross who described five stages of grief. (it fills me with joy to see how “we” rediscover the Elisabeth’s work during this coronavirus crisis).

Teleworking mindfully, sketchnotes
Share on:

Evolution du taux de décès COVID19 en Belgique et Italie

Aujourd’hui encore, 14 avril 2020, la presse belge a continué de nous rassurer au sujet de l’augmentation du nombre de décès COVID19 dans le pays. Un peu pour rassurer la presse étrangère qui s’en inquiète. Mais surtout pour rassurer la population belge qui commence à se demander si on lui dit bien toute la vérité sur les mesures prises pour la protéger contre la pandémie du coronavirus.

Alors que depuis le début de la crise en Europe, la situation italienne est présentée comme une des plus “catastrophique”, j’ai voulu me faire ma propre opinion en comparant les courbes de décès dus au COVID19 en Belgique et en Italie. Pourquoi les courbes de décès et pas celles des cas COVID19? Parce que, selon moi, les données sur le nombre de décès sont les seules qui soient vraiment comparables de pays à pays. Les méthodes utilisées par les pays, et par les régions dans un même pays, pour comptabiliser les cas de personnes infectées au COVID19 sont loin d’être identiques pour fournir des données qui puissent être comparées.

Pour mon analyse, j’ai utilisé les chiffres officiels publiés par les autorités sanitaires belges et italiennes à la date du 13 avril (voir les sources à la fin de l’article). J’ai écarté les chiffres pour les 2 derniers jours (12-13 avril) car ils étaient trop bas par rapport aux jours précédents (données certainement encore incomplètes). Mon analyse utilise donc les données publiées par les 2 pays sur une période qui part à la date où le décompte des morts COVID19 a débuté dans le pays, le 23 février en Italie et le 10 mars en Belgique, et se termine au 10 avril inclus.

Voici les courbes pour les deux pays. Elles sont identiques à celles publiées par les media, et nous sont – malheureusement – bien connues.

Nombre de morts en Belgique du 10 mars au 10 avril 20

Nombre de morts en Italie du 23 février au 10 avril 2020

Les courbes ne peuvent pas être comparées à cause de la différence démographique entre les deux pays, ensuite à cause de l’échelle du temps qui n’est pas la même.

Différences démographiques

La Belgique compte 11,5 millions d’habitants, l’Italie en compte un bon 5 fois plus avec ses 60 millions. La logique mathématique indique que le nombre de décès COVID19 est exactement 5 fois supérieur en Italie. Mais ce ratio est trompeur car il est basé sur des périodes de comptage différentes.

BelgiumItalyRatio
Population on 01/01/201911476279603595465.3
Deaths on 10/04/20203755188495.0

Différences dans la durée de la crise

La crise du coronavirus et le décompte des morts a débuté en Italie 16 jours avant celui de la Belgique. A la date du 10 avril, les italiens ont donc du déplorer des morts pendant plus de jours (48) qu’en Belgique (32).

BelgiumItalyRatio
Population on 01/01/201911476279603595465.3
Deaths on 10/04/20203755188495.0
Death count start date10/03/202023/02/2020
Number of days on 10/0432481.5
Average deaths per day1173933.3

La moyenne des décès par jour en Italie (393) est 3 fois supérieure à celle en Belgique (117). C’est normal me direz-vous, le pays compte beaucoup plus d’habitants. Les ratio par habitants et par jours ne sont que les résultats de divisions mathématiques basés sur des données qui ne sont pas normalisées.

Essayons d’y voir plus clair en trouvant une base de comparaison qui soit indépendente des différences démographiques et du nombre de jours de crise.

Nombre de décès par 100000 habitants

Le premier ajustement est de rapporter le nombre de décès de chaque pays à 100000 habitants afin de se libérer de la différence démographique entre les deux pays:

BelgiumItalyRatio
Population on 01/01/201911476279603595465.3
Deaths on 10/04/20203755188495.0
Deaths per 100K population32.7231.230.95

Première constatation inquiétante: le ratio qui était de 5 morts COVID19 en Italie pour un en Belgique chute à 0,95. Cela signifie que le nombre de décès ramené à 100000 habitants est plus élevé en Belqique (32,72) par rapport à l’Italie (31,23). Pas de beaucoup, mais 1,05 supérieur quand même (au lieu de 5 fois inférieur).

Les courbes du nombres de morts COVID19 ramenés à 100000 habitants sont:

On voit que la courbe (bleue) des décès en Belgique rattrape celle (rouge) de l’Italie à la date du 9 avril, et la dépasse ensuite. La droite qui indique la tendance (trend line) en Belgique est clairement plus pentue que celle de l’Italie, ce qui indique une croissance du taux de mortalité plus élevée en Belgique. Mais les périodes mises en comparaison sont encore différentes.

Nombre de décès par 100000 habitants sur une même période de temps

Le deuxième ajustement est de faire en sorte que la date du début des deux courbes coincide au même jour N°1 en faisant glisser de 16 jours en arrière la courbe de la Belgique.

Dans le graphique précédent, la courbe pour l’Italie démarre au 23 février et elle court sur 48 jours jusqu’au 10 avril, date de la fin de mon analyse des données. Pour la Belgique, la courbe démarre le 10 mars, soit 16 jours après, et elle court sur seulement 32 jours.

Avec les deux courbes qui commencent le même jour, le jour N°1, j’ai affiché les données que pour les 32 premiers jours des deux pays (la Belgique n’en ayant plus après). Les courbes résultantes sont:

L’autre constatation, encore plus inquiétante, est que la courbe (bleue) des décès COVID19 pour 100000 habitants en Belgique augmente effectivement beaucoup plus fort que celle (rouge) en Italie durant leurs 32 premiers jours de crise coronavirus.

Qu’en penser?

On nous a dit que la situation en Italie était une des plus “catastrophique”, car les italiens ont été les premiers à devoir affronter le coronavirus en Europe, parce que leur système de santé n’est pas celui de la Belgique, etc. On nous rassure que tout va bien, “on gère”, parce que le taux d’occupation des lits en soins intensifs en Belgique est sous contrôle, sous les 60%.

Mais alors dites-moi. Je ne dois pas m’inquièter de l’évolution de la courbe des décès COVID19 en Belgique? Et selon vous, dans quel pays entre l’Italie et la Belgique la situation semble vraiment être la plus “catastrophique”?

Je pose les questions!


Source:

Share on: